L.U.M.O.S.

Loufoque unique mirobolant original saisissant !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 + Embarras ou concerto ? + [PV Momo]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lyle Taylor
Serpentard Quatrième année
Serpentard Quatrième année
avatar

Masculin Nombre de messages : 32
Age : 51
Poste : Elève
Epouvantard : L'eau
Chaussette : Noir à pois noirs
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: + Embarras ou concerto ? + [PV Momo]   Sam 16 Sep - 18:10

Lyle ne comprenait décidément pas pourquoi les élèves de Poudlard passaient des heures entières dans la grande salle. Dès que le repas était annoncé, ils se précipitaient tous dans cette vaste pièce et mangeaient, mangeaient, mangeaient, jusqu’à en exploser. Et ce, pendant des heures, tout en discutant, criant et riant. Non, ce n’était pas son truc à Lyle. Moins il parlait mieux il était. Parce qu’il savait pertinemment que les seules fois (particulièrement nombreuses en fait) où il ouvrait la bouche c’était pour insulter quelqu’un, taquiner ou provoquer. Il détestait faire ça, mais comme il ne pouvait se défaire de cette mauvaise habitude, il s’y était finalement fait. C’était donc seul et en silence qu’il avait quitté la grande salle, au bout de seulement dix minutes.

C’était une après midi magnifique. Le soleil s’était pointé et brillait de milles éclats sur la grande étendue du parc de Poudlard. L’air y était pur et apaisant et la douce brise faisait monter un parfum de fleurs fraîchement fleuries. Ce paysage était une autre des grandes richesses de Poudlard et certainement celle qui rendait à Lyle une plénitude quasi-total.

C’est d’un pas assuré et enjoué qu’il se lança en quête de cette vue éblouissante. Au loin, il pouvait voir le terrain de Quidditch ainsi que les imposantes grilles de l’enceinte. A quelques centaines de mètres de lui se trouvait le lac et c’était bien la seule chose qui pouvait faire regretter à Lyle d’être sortit cette fois là, ainsi que toutes les autres fois d’ailleurs. En effet, ce courageux et impétueux jeune homme avait le malheur de craindre l’eau. Bon évidemment, il en buvait. Mais dès que la surface devenait imposante, il paniquait et faisait tout pour y échapper. C’est ainsi qu’il décida de s’en éloigner, se rapprochant plutôt de la forêt. A vrai dire, il était complètement moins effrayé par cette forêt soi-disant terrifiante que par une simple flaque d’eau.

Depuis les trois années qu’il était à Poudlard, il n’avait encore jamais essayé de vaincre sa peur et ne s’y sentait toujours pas prêt. Si un jour il se retrouvait dans le lac, ce serait soit qu’on le lui eut obligé, soit que … non il ne voyait pas comment il pourrait même imaginer une autre raison. L’eau et lui ce n’était pas de l’amour et ça n’en serait jamais. Le temps n’y ferait rien. Et sa peut être maturité à venir non plus.

Quoi qu’il en soit, il était venu se détendre après son copieux déjeuner (comme les vieux hein hein hein) et ce n’était pas le moment de penser à de telles atrocités. Il profita de la présence d’une légère bosse dans le sol pour retirer sa robe de sorcier et s’allonger dessus. Dénouant sa cravate, il sortit un livre de sa poche qu’il posa sur son ventre avant de mettre ses mains derrière la tête. Bien décidé à piquer un somme, il ferma les yeux dans un long soupire. Il se mit à repenser à toutes les choses qu’il avait et pourrait faire ici à Poudlard. Tous ces cours auxquels il avait participé, toutes ces personnes qu’il avait croisées, toutes ces merveilles de la magie qu’il avait apprises. Et pourtant, tant de possibilités s’offraient encore à lui qu’il ne savait par où commencer.

Déjà, il devrait essayer de tisser des liens. Ce n’était pas la quantité d’élèves qui manquait. Mais il se demandait s’il était véritablement capable d’entretenir une quelconque relation avec quelqu’un. Tout ce qu’il savait faire lui à part tyranniser, c’était lire, écrire, parler et ce qui lui était nécessaire à survivre. De vrais amis, il n’en avait jamais eu. Mais il ne se considérait pas assez pour être au niveau d’un ami digne de ce nom. Pitoyable, voilà ce qu’il savait être, et ce qu’il était définitivement. Cette si grande opinion qu’il avait de lui était bien étonnante. Il s’aimait tellement. Sans ironie…

Mais ne voulant pas gâcher ce moment de pure intensité, il mit sa tête dans ses mains et étouffa un hurlement, mêlant détresse et dégoût. Et aussi bizarrement qu’il l’était, il eut une soudaine envie de chanter. Ce qu’il ne tarda pas à mettre en œuvre. A se demander pourquoi il voulait chanter. Qu’est ce qu’il pouvait être con. Rire tout seul. C’était trop stupide ! Mais il ressentait un besoin presque vital de s’exprimer. Alors, par la chanson ou par autre chose qu’importe.

Etant plus jeune, il avait eut le malheur de tomber dans les affres du vol. Mais rien que le fait de se rappeler que c’est à son père qu’il avait volé quelque chose, le rendait plus heureux qu’autre chose. Son père avait réunit toute une magnifique collection de trente-trois tours depuis son adolescence. Et Lyle en bon écouteur de musique s’était donnait un malin plaisir à lui en piquer les trois quarts et de se les passer en boucle pendant des années. Au final, il devait connaître plus d’une centaine de chansons par cœur. Et c’est l’une d’elle qu’il s’était mis à chantonner à tu tête.
Bien qu’il fût gagné par la fatigue, il continua de chanter. C’était inévitable chez lui. Qu’il dorme, qu’il pleure ou bien d’autre chose, s’il commençait quelque chose il avait la bonne habitude de toujours vouloir la terminer. Bon cette habitude n’allait pas vraiment avec la situation. Mais Lyle, c’est Lyle.


I'll tip my hat to the new constitution
Take a bow for the new revolution
Smile and grin at the change all around


Son visage grimacait avec les paroles. Quand sa voix montait dans les aigus, n’importe qui qui passait par là se serait rouler par terre. Il ne chantait pas vraiment faux, mais disons que … Sa voix déraillait et c’était plus vraiment du chant.

Pick up my guitar and play
Just like yesterday
Then I'll get on my knees and pray


Cette ‘belle’ expérience se transformait en concerto de violons désaccordés. Mmh, il fallait vite que quelqu’un arrête ça. Il pourrait faire exploser toutes les fenêtres du château s’il continuait comme ça.
Et d’un coup. Sans prévenir personne de son immense connerie, il sauta sur ses pieds et jouant les rockeurs allumés, mima une guitare, entonnant la dernière parole :


We don't get fooled again


Non, Lyle n’avait pas peur du ridicule. Et tout simplement parce qu’il n’y avait jamais eu affaire.
Quelque chose avait dû le changer dans ce château. Parce qu’en jouant les rockstar, il avait attiré l’attention de quelqu’un. Une personne devant laquelle il aurait préféré mourir que de se donner en spectacle.
Mais comme par un fait exprès, Lyle ne l’avait pas encore remarqué.

_________________
.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane Frost
Gryffondor Cinquième année
Gryffondor Cinquième année
avatar

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: + Embarras ou concerto ? + [PV Momo]   Dim 17 Sep - 23:28

Il était tôt, très tôt. Onze heures cinquante, pour être exacte. Heure à laquelle toute personne ayant un minimum de bon sens devrait encore être au lit. Donc quand vous avez l’indécence de réveiller ces personnes-là à sept heures du mat’, vous pouvez être sûr qu’elles rattraperont leur sommeil perdu à un moment ou un autre de la journée. Et bien justement, une jeune fille dénommée Morgane Frost était littéralement affalée sur sa table, les paupières closes, suçotant une plume en sucre de chez Honeydukes. Une grande pile de bouquins branlante lui servait de barricade. Non pas qu’elle essayât de se faire passer pour une élève modèle, c’était trop tard de toute façon, sa réputation était tombée à l’eau depuis longtemps, mais juste qu’elle évitait de s’attirer délibérément des ennuis. Ils venaient tout seuls, d’habitude. Inutile d’accélérer le processus.

Onze heures cinquante et une. Etait-ce la voix tonitruante du professeur McGonagall ou bien le gargouillement de son estomac, toujours est-il que la brunette ouvrit un œil. Un bâillement discret lui échappa et elle se releva, sa tête rappelant celle de quelqu’un venant juste de sortir du coma. Jetant un œil à sa montre, elle constata avec joie qu’il ne lui restait plus que neuf minutes avant l’ouverture des portes de la Grande Salle. Midi. C’était LE moment qu’attendaient tous les élèves avec plus que ce qu’on appelle de l’impatience. D’ailleurs, leurs estomacs ne se faisaient pas prier pour le leur rappeler.

Le truc inexplicable quand vous êtes pensionnaire, c’est qu’en sortant de la salle à manger, vous avez toujours faim. Même après avoir avalé deux portions de viande, s’être resservi un morceau de gâteau. Quoi que vous fassiez, la faim reste super gluée à votre esprit en permanence. C’est peut-être psychologique, remarque. Mais bon, ça ne change rien au fait que vous ayez envie d’emporter avec vous un peu de nourriture en quittant la Grande Salle. « C’est pour le goûter », ou la justification bidon que vous balancez quand vous vous faites prendre.

Voilà pourquoi après avoir copieusement déjeuné, elle aussi, Morgane était en train de découper un bout de pain en deux parties, et d’y glisser quelques bouts de viande, accompagnés de quelques feuilles de salade. Sandwich à déguster au bord du lac, calmement, sans Emily pour arroser son précieux post-déjeuner d’eau ou carrément le balancer dans le lac. Son amie était encore en cours, puis on ne pouvait pas dire qu’elle fonçait tête baissée hors de la salle dès que la sonnerie retentissait, direction la bouffe. Ce qui ne saurait tarder, croyez moi.

Bref, donc Morgane deserta en vitesse la grande salle, souriant à la perspective d’un après midi ensoleillé, qu’elle pourrait passer à sommeiller dans le parc et profiter des derniers rayons de soleil en faisant inutilement bronzer ses jambes qui restaient de toute façon invariablement blanches quoi qu’elle fasse. Remarque, elle n’avait jamais encore testé les uv.. il parait que ça marche. A vérifier.

Une fois dehors, bien à l’abri de l’agitation poudlardesque habituelle (elle avait prévu de sécher l’heure d’histoire de la magie qui se glissait avec insolence dans son emploi du temps presque parfait (eh oui, après midi de glandage en négligeant la fameuse heure d’histoire entre quatorze et quinze heures). Ce cours ne servait à rien de toute façon. Autant dormir dans le parc. Bon, il n’y a pas de berceuse (alias le speech de Binns), mais il y fait plus chaud et il n’y a pas de voisins pour vous donner des coups de coude « Hey Morgane, Binns te regarde ! ». Et accessoirement, il n’y a pas de Binns pour vous mater tiens.

Elle se trompait lourdement si elle pensait avoir enfin trouvé un coin calme. Il n’y a PAS de coins calmes à Poudlard, souvenez vous de ça. Où que vous alliez. C’est donc en sursaut qu’elle avait décollé ses paupières pour ce qui devait etre la sixième fois de la journée, déjà bien installée sur l’herbe chaude, la moitié de son sandwich à ses côtés, avec quelques fourmis en plein repas, en entendant une voix encore plus mélodieuse que la sienne qui vint troubler son presque-sommeil.

Une chanson qui lui était totalement inconnue retentit dans le parc. Aurait-elle loupé la sortie d’un nouveau single des Bizarr Sisters ? Possible. Aveuglée par le soLeil, elle releva la tête les yeux plissés, se redressa sur ses coudes et chercha du regard l’élément perturbateur de son après midi qui était censée être, pour une fois, calme.

L’espace d’un millième de seconde, elle repensa à tous les moments de solitude qu’elle était censée avoir. Elle pouvait les compter sur les doigts de la main. C’était rare qu’elle se retrouve dans un endroit non bondé et silencieux. Tellement rare qu’à chaque fois qu’elle en trouvait un, son silence était invariablement brisé par l’arrivée inopinée de quelqu’un. Pas forcément un bienvenu. Mais bon, c’était la vie.

En fait, un élève était allongé à une trentaine de mètres de là où elle se trouvait. Un élève qui chantait à tue tête, la preuve. De plus, elle était sure qu’on l’entendait de l’autre côté du lac également. Bon, un peu moins bien peut-être, mais ce n’était pas forcément une mauvaise chose.

D’habitude, elle ne se serait pas gêné pour se mettre immédiatement debout et aller engueuler celui qui avait osé interrompre son sommeil (la preuve, aucun de ses réveils n’était en état de fonctionner). Mais là… elle se surprit à observer le garçon (car à en juger par la voix, c’était bien un garçon) en silence. Peut-être parce que la situation était tellement inhabituelle qu’elle ne put bouger un orteil frappée de stupéfaction. Peut-être aussi qu’elle était tellement contente d’entendre quelqu’un chanter pire qu’elle, que la jeune fille évita de gâcher cet instant de pur bonheur.

Elle se serait surement rendormie sur le champ, si le garçon n’avait pas soudain sauté sur ses pieds et s’était mis à imiter le bassiste des Bizarr Sisters. Ou ptete le guitariste, peu importe. Il lui manquait juste l’instrument, en fait. Le reste était là. Et le tout formait un spectacle tellement hilarant, que Morgane éclata de rire, sortit immédiatement de sa rêverie, se mit debout, enleva les quelques brins d’herbe qui s’étaient installés sur sa robe et dans ses cheveux et s’avança vers le jeune homme sans cacher son amusement. Mais tellement absorbé par ce qu’il faisait, il ne l’avait même pas remarquée.

Elle envoya valser les mèches qui lui obstruaient la vue derrière son oreille dans un geste presque automatique, et lança dans un sourire amusé :


« Je sais déjà ce que le père Noel va t’offrir, toi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyle Taylor
Serpentard Quatrième année
Serpentard Quatrième année
avatar

Masculin Nombre de messages : 32
Age : 51
Poste : Elève
Epouvantard : L'eau
Chaussette : Noir à pois noirs
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: + Embarras ou concerto ? + [PV Momo]   Mer 20 Sep - 19:28

Il était une fois un jeune garçon qui aimait être méchant. Jour après jour, il prenait un réel plaisir à se moquer des autres, les rendre ridicule et les assommer de ses sempiternelles répliques sadiques et malsaines.
Il se considérait roi parmi guignols, et sa prétention ne lui avait jamais rien coûté. Mais comme nous le savons tous, derrière chaque mauvaise personne se cache un cœur tendre et triste. Il était comme tous les autres. Une enfance difficile avec une famille à problème l’avait rendu ainsi. Et personne ne lui avait jamais appris à assumer ses fautes et surtout, la honte.

S’il avait pu imaginer rien qu’un instant que quelqu’un avait pu le voir se ridiculiser, Lyle ne se serait pas lever ce matin là. Il n’aurait sans doute pas déjeuner avec les autres et se serait terrer sous sa couverture la plus épaisse. Pis ! Il aurait préféré plonger dans le lac plutôt que d’être vu en plein ébat de rock star.

Mais Lyle n’avait pas remarqué cette jeune fille aux cheveux noirs s’approcher de lui. Et ne s’était pas douté qu’il pourrait la revoir en de telles circonstances. Il avait fallut qu’elle se trouvât derrière lui. Evidemment. Et évidemment Mr Taylor était sourd et ne l’avait pas entendu arrivé. Non, lui tout ce qu’il entendait, c’était sa douce voix cristalline raisonner dans tout le parc.


« Je sais déjà ce que le père Noël va t’offrir, toi ! »

Il dansait et chantait toujours quand cette satanée phrase percuta dans son minuscule petit cerveau. Le bond qu’il fit alors aurait largement pu entrer dans le Guinness des records, catégorie : Meilleure Retournée Acrobatique. Mais n’étant ni athlète ni fan de records mondiales, le Guinness, Lyle s’en foutait pas mal.

Son cœur aurait même pu lâcher sous l’effet de surprise. Cela n’en aurait étonné personne. Après tout, quand vous êtes surpris à vous faire des mimiques devant la glace, vous faites bien un bond, non ? Bun lui aussi, sauf que malheureusement, lui n’avait pas de porte à claquer, ou de serviette de bain pour se planquer. Nan. Lui il était coincé entre la belle brune et le lac.
Autant mourir.

Bien sûr, il aurait pu décider de se tirer en courant, où de répondre tout bêtement qu’il était en train de préparer un concert pour l’école. Mais avec une voix pareille, impossible de faire croire une connerie comme ça. Lyle chantait comme un pied et tout ce qu’il pouvait faire à présent s’était d’assumer sa gêne monumentale.


- O__O … Pff t’façons j’y crois même pas >_>

Et voilà. Cette espèce d’imbécile de Serpentard n’avait rien trouvé d’autre à répliquer. Oh et puis après tout, il s’était foutu lui-même dans la merde et s’en sortirait tout seul.

- Oui enfin, … qu’est ce que … tu me veux quoi à la fin ?

Nous en sommes arrivé à la partie ‘panique’ de cette scène : Ce jeune garçon ne sait que dire et choisit de crier sur cette pauvre jeune fille déjà bien amochée par ce qu’elle vient d’entendre. La réflexion rapide n’est pas une qualité chez lui. Pas même un défaut. Lyle n’en connaît même pas le sens dans ce genre de situation.

Sauf qu’il finit bien par se rendre compte qu’il n’était pas en posture de répliquer. Oui il est pas si lent que ça.


- Et peut être que tu fais mieux hein … -___- … alors inutile de me charrier, merci >_>

Taylor se retourna vers sa robe et son livre, à terre, et les ramassa, prenant bien soin de le faire avec le plus de lenteur possible. Croiser son regard encore une fois l’achèverait sur place.

- Autre chose peut être ? Rolling Eyes

_________________
.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane Frost
Gryffondor Cinquième année
Gryffondor Cinquième année
avatar

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: + Embarras ou concerto ? + [PV Momo]   Dim 8 Oct - 3:33

Qui croyait au père Noël de toute façon ? Ce personnage de conte de fée tout de mauve vêtu (ben quoi, le Coca ça existe pas chez les sorciers) qui vient vous rendre visite une fois par an, la nuit du réveillon, à condition bien sûr que vous soyez endormi, sinon pas de papi Noël. Au bout du compte, ce n’est qu’une technique minable de plus pour faire dormir les petits. Sauf que ça n’avait jamais marché avec Morgane. A l’âge de 4 ans, frappée d’insomnie, elle avait surpris ses parents tourner autour du sapin en déposant les cadeaux dans un boucan d’enfer. Ca lui avait brisé le cœur. Depuis, elle a appris à ne pas croire à ce genre de sornettes. Exit tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un petit elfe vert, une fée, un prince charmant…

Elle avait ouvert la bouche pour répliquer, mais fut devancée par le vert-et-argent avant de pouvoir en placer une. Ce qui en soi était peut être une bonne chose. Laisser Morgane vous rebattre les oreilles avec ses idées tordues ou encore mieux, sa vie, signifiait avoir des tendances suicidaires. Parce qu’une fois lancée, il était difficile de l’arrêter. Non pas qu’elle soit particulièrement bavarde, je dirais même que c’était le contraire, mais ça arrive à tout le monde d’avoir des excès de folie, et il serait préférable de se trouver ailleurs que dans la ligne de mire de quelqu’un qui s’apprête à vous faire un topo sur le père Noël.

C’était désespérant de voir à quel point les Serpentard manquaient d’humour. Supposons qu’elle se soit retrouvée à sa place, quelque part dans le fond, elle serait forcément gênée de son autorelâchement, mais en surface, elle dissimulerait sa contrariété pour laisser place au rire, ne serait-ce que par politesse. Ou bien le jeune garçon s’était levé du pied gauche, ou bien l’agressivité envers les inconnus faisait partie de ses habitudes.

Paradoxalement, en le regardant ranger ses affaires, l’envie de solitude qui l’avait envahie tout à l’heure s’était envolée. C’est toujours comme ça : lorsque vous tombez sur quelqu’un que vous ne connaissez pas, vous avez brusquement envie de pousser la conversation jusqu’à découvrir la personne ne serait-ce qu’en surface, pour avoir une idée de ce qu’elle est vraiment (à condition, bien sûr, de ne pas avoir un taux de sociabilité trop bas). Surtout lorsqu’il s’agit d’un Serpentard. Rencontre avec un Serpentard contrarié rimait avec joute verbale et, en toute sincérité, Morgane adorait ça.

Elle esquissa un sourire en coin lorsque le garçon leva les yeux au ciel. Ce geste lui était tellement familier…


« Oui, j’ai une question. Ca t’arrive souvent de monologuer comme ça ou j’ai droit à un traitement de faveur ? »

Elle s’était avancée vers le jeune homme qui lui tournait toujours le dos, histoire de le surprendre par derrière et lui refaire faire un autre de ces bonds qui méritaient leur place dans le livre des records.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyle Taylor
Serpentard Quatrième année
Serpentard Quatrième année
avatar

Masculin Nombre de messages : 32
Age : 51
Poste : Elève
Epouvantard : L'eau
Chaussette : Noir à pois noirs
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: + Embarras ou concerto ? + [PV Momo]   Dim 15 Oct - 0:38

Soit elle ne voulait pas comprendre, soit elle le faisait exprès. Dans les deux cas, Lyle se retrouvait dans une situation des plus cocasses, de laquelle la jeune Gryffondor ne voulait le laisser s’échapper. Se taper la honte était une chose, mais devoir se justifier en utilisant comme subordonné un exemple aussi débile que le Père Noël en était une autre. Face à quelqu’un, Lyle n’avait jamais été très futé. Autrement dit, son cerveau se retrouvait la plupart du temps en mode off - Egalement appelé paroxysme du bonheur philosophique.

Déjà bien rouge de honte, le jeune Taylor, qui voulait fuir le plus vite possible cette situation détestable, s’était mis en tête de ramasser sa cape et de détaler. Bien sûr que cela ne se passerait pas comme ça ! Qui aurait pu en douter ?

C’est donc d’une souplesse exceptionnelle qu’il se pencha dans l’espoir totalement désespéré de récupérer son étole.
Mais aussi maligne que fusse miss Noël pour trouver une nouvelle invention créative, n’importe qui aurait pu certifier qu’elle ne se douterait pas que Lyle était un garçon aussi maladroit. En effet alors que celui-ci commençait à montrer son (magnifique) postérieur, la belle brune (noire en fait) en profita pour se glisser juste derrière lui – il est d’ailleurs inutile de préciser que cela n’était que pour pouvoir mater ! Et ouais, elle était en manque la p’tite Momo !

Et ce qui devait arriver arriva. Quand Lyle se retourna, cape en main, Morgane le surprit tellement – elle est trop extraordinaire pour lui – qu’il fit un bond magistrale en poussant un juron.
Un détail avait échappé à cette petite rusée, le fait que Taylor pouvait être cardiaque et pas vraiment dans un état d’esprit idéal aux blagues – pas drôles.

Peut être que la situation dans laquelle il s’était retrouvé avait pu être amusante, mais le contexte ne l’était pas. L’ennui et la déprime avaient conduit Lyle dans un état presque second. Même si son côté loubard avait toujours subsisté, son besoin de solitude toujours inévitable, Lyle avait une grande faiblesse : son cœur. Et ce, dans tous les sens du terme.
Déjà petit il avait eut des problèmes cardiaques dus à de trop fortes émotions. Mais ces effets s’étaient dissipés avec le temps et n’inquiétaient plus personne.

Cependant, le deuxième côté de ce cœur si… spéciale, était son lunatisme. Etrange et rare phénomène n’atteignant qu’une certaine catégorie de gens. Et Lyle en faisait partie.
Lorsqu’une personne est atteinte de lunatisme, si elle se retrouve à vivre différentes émotions dans un laps de temps trop court, elle devient – dans le meilleur des cas – nerveuse et légèrement énervée, - dans le pire des cas – hystérique, voire même dangereuse.

Le choc qu’avait reçut Lyle en se retournant avait été la goutte qui fit déborder son vase. Il s’était retrouvé à terre – une fois de plus – et son état de fureur ne faisait que décupler. De plus, comme la Gryffondor ne semblait pas satisfaite de sa merveilleuse plaisanterie, elle se sentit obligé d’en rajouter une couche :


« Oui, j’ai une question. Ca t’arrive souvent de monologuer comme ça ou j’ai droit à un traitement de faveur ? »

Le regard que Taylor lança à sa camarade aurait pu en déstabiliser plus d’un. Serrant les dents, il se releva et lui fit face. Il n’avait plus l’intention de la laisser se moquer de lui. Peut être que cela l’amuser, mais lui n’en pouvait plus. Si elle était vraiment aussi stupide que ça, il en aurait vite finit avec elle. Mais dans le cas où, au contraire, elle lui ressemblait rien qu’un peu de part son grand désir à prendre le choux à n’importe qui, alors là il comprendrait l’attirance qu’il avait pu avoir pour elle.

Bien décidé à avoir le dernier mot, il fit un pas vers elle, ne se retrouvant plus qu’à quelques –petits – centimètres d’elle, le visage toujours énervé.


« Je pense que tu t’es bien amusée maintenant et que tu vas donc pouvoir me foutre la paix. Je ne sais pas si c’est une habitude chez toi d’harceler les gens jusqu’à les faire fulminer, mais comprends bien que tout ce que je voulais moi, c’était pouvoir me retirer discrètement sans qu’on est à reparler de cet incident fâcheux. »

Il reprit son souffle, et sans lâcher son regard continua :

« Je tiens juste à préciser que même si tu m’as plus que gêné tout à l’heure, j’ai encore un tantinet de fierté et ce serait vraiment, vraiment sympa de ta part de ne pas essayer de me faire perdre le peu qu’il m’en reste. »

Il marqua une courte pause, essayant de décrypter le visage de la jeune fille, puis sans tarder reprit ce qu’on pourrait effectivement appelé un monologue :

« Dernière chose – oui je t’assure – monologuer ce n’est pas vraiment mon truc à moi. Par contre, parler dans le seul but d’empêcher mon…hum…interlocuteur de répliquer, ça c’est plutôt jouissif.
Et maintenant que j’ai enfin terminé de parler tout seul, tu vas pouvoir t’esclaffer, d’avoir eu à écouter un tel discours, en me regardant partir, n’est ce pas ? »

_________________
.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: + Embarras ou concerto ? + [PV Momo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
+ Embarras ou concerto ? + [PV Momo]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» canditature dj momo
» Momo a un plan, il veut votre avis
» Une petite dernière pour le fun
» Momo (putin vous êtes relou avec vos: "La longueur du titre de ce sujet doit être comprise entre 10 et 255 caractères" J'ai envie de dormir quoi !
» Les fails de momo !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L.U.M.O.S. :: Enceinte de Poudlard [DJ] :: Le parc et le lac-
Sauter vers: